Note de lecture: « l’Ethique du Journalisme » d’Eric Rohde

Envoyé le 20 février 2020

Journaliste et philosophe, Eric Rohde accompagne depuis des années le travail de l’ODI – et de feue l’APCP – sur la déontologie du journalisme et les moyens de répondre aux attentes du public en terme de qualité code l’information. Il a notamment contribué à une analyse comparative des différents textes de référence de la profession de journaliste (voir ici ), soulignant que les différences qui existent relèvent davantage du positionnement des rédacteurs de chaque texte que de divergences de fond.

La question qui sous tend la réflexion d’Eric Rohde dans L’Ethique du journalisme est de savoir “ce qui en jeu avec l’information dans la communauté des humains”. Cette nouvelle édition reprend la présentation de la démarche journalistique, de ses cadres éthiques et juridiques , et de son analyse proprement philosophique, qui fait son intérêt.

Mais depuis si depuis la première édition de son ouvrage, en 2010, l’éthique du journalisme n’a pas fondamentalement changée, elle est interrogée par deux phénomènes:  la pratique du journalisme est plus difficile et l’exigence de qualité est plus grande. Eric Rohde note par exemple que tout risque de se confondre – information, divertissement, promotion etc. – et que “la confusion des situations brouille les repères des journalistes et émousse leur attention, jusqu’au risque de compromettre leur intégrité”. Il souligne que le droit va de plus en plus au delà de la définition de la liberté d’expression pour dessiner un droit à l’information , à être informé. Lequel trouve par exemple un support dans une véritable « une internationale du journalisme d’investigation» que sont notamment les leaks qui en 10 ans, dans la suite de Wikileaks, se sont multipliés.

Pour Eric Rohde, ces évolutions vont de pair avec le développement de démarches d’auto régulation , comme le Conseil déontologie journalistique belge qui vient de fêter ses 10 ans, ou le Conseil déontologie journalistique et de médiation français créé en décembre. Il y voit « la possibilité pour le public de faire entendre au cas par cas les raisons de son insatisfaction et d’engager avec les médias l’échange qui paraît nécessaire». Car il temps, estime-t il, de rappeler une «vérité réversible: une démocratie va comme vont ses médias». Pierre Ganz

 

L’Ethique du Journalisme
Eric Rohde
Que sais-je ? 124 pages –  9 €