Actualités

Un guide pour protéger les journalistes et leurs sources des espions numériques

Envoyé le 14 février 2018

Recueillir des informations en vue de les publier n’a jamais été une activité de tout repos. Cela devient de plus en plus délicat dans le monde numérique où nous évoluons. L’enquête se fait de plus en plus via l’Internet, et laisse des traces exploitables par les services spécialisés. Un guide publié en ligne fait le point sur les risques et les parades possibles.

Lire la suite

Pour une instance d’autorégulation indépendante et tripartite

Envoyé le 12 janvier 2018

Dans ses vœux à la presse le 3 janvier 2017, le Président de la République a développé trois idées. On ne reviendra pas ici sur l’annonce d’une loi anti « Fake news », dont il a été depuis souligné les difficultés de mise en œuvre, ni sur l’invitation appuyée à en finir avec les confidences et la connivence dans les relations avec les pouvoirs. Mais plutôt sur l’appel aux journalistes et aux médias : « Le deuxième type d’action indispensable dépend de vous. Je sais que beaucoup parmi vous réfléchissent sur la déontologie du métier de journaliste. […] Il vous revient d’organiser en quelque sorte les règles de votre profession, si nous ne voulons plus que tout puisse se valoir et qu’aucune hiérarchie ne soit faite. L’heure est sans doute venue pour votre profession de s’unir autour de principes fortement réaffirmés en un temps de fragilité démocratique. » L’Observatoire de la déontologie de l’information, qui mène depuis cinq ans une veille reconnue sur les questions de déontologie journalistique, prend acte de cet appel implicite du Président de la République pour une autorégulation de la déontologie de l’information. Cela rejoint la conviction de l’ODI de la nécessité de créer une instance indépendante d’éthique et de médiation qui existe dans de très nombreux pays démocratiques et qui est un des outils qui permettra au journalisme professionnel de regagner la confiance des citoyens. Car cette confiance dans les médias d’information, leurs entreprises et leurs journalistes permet un dialogue fructueux avec les publics et constitue un rempart nécessaire face aux pressions diverses et au cancer des « Fake News ». Il n’y a en effet aucune raison que le quatrième pouvoir ne réponde pas de ses écarts. La sanction du droit existe pour les délits de presse. Mais pour les manquements déontologiques, le public n’a aucun recours. Ce pourrait être un Conseil de déontologie journalistique. Ce n’est ni une autorité politique, ni une autorité administrative, ni une structure corporatiste, ni un ordre professionnel. Ce n’est pas un tribunal des journalistes et des médias, mais une instance de médiation tripartite entre les médias et le public sur les questions déontologiques. Ce n’est pas le lieu d’une police de la pensée, puisqu’il ne s’intéresse qu’aux faits, pas aux commentaires, pas aux choix éditoriaux des rédactions. Comme l’a démontré le rapport de Marie Sirinelli, « Autorégulation de l’information : comment incarner la déontologie ? », remis le 13 février 2014 au ministre de la Culture et de la Communication, un Conseil de ce type ne saurait être piloté par les pouvoirs politiques, même s’ils peuvent en être les instigateurs en créant les conditions de sa mise en place. Un tel Conseil doit regrouper, sur la base du volontariat, les journalistes, à travers leurs syndicats et associations, les entreprises de médias d’information et des représentants du public. Marie Sirinelli concluait en soulignant que « la majorité des acteurs concernés paraissent favorables, ou à tout le moins non opposés, à la création d’une instance ». Cela est toujours vrai. Les pouvoirs publics peuvent donc inciter médias et journalistes à rejoindre une telle instance, notamment en conditionnant certaines aides à l’adhésion au Conseil de déontologie ou en insérant dans les conventions passées avec les entreprises audiovisuelles l’obligation d’adhérer à ce Conseil. Parce que l’information n’a jamais été autant mise en cause, il est temps que les Français puissent saisir une instance indépendante d’autorégulation lorsqu’ils estiment que les règles déontologiques du journalisme n’ont pas été suivies. Parce que l’information est concurrencée par la diffusion de fausses nouvelles émanant d’officines diverses, les médias qui rejoignent l’ODI agissent pour la transparence et la rigueur des processus professionnels de recueil et de mise en forme de... Lire la suite

Déontologie et Paradise Papers

Envoyé le 4 janvier 2018

Retour sur une polémique qui a suivi fin 2017 la publication des « Paradise papers ». Les journalistes sont ils allés trop loin, et surtout ont ils dénoncé des délits qui n’existent pas ? Plusieurs tribunes libres publiées en France et à l’étranger allaient dans ce sens. Bernard Stephan membre de l’ODI où il représente le Groupe Centre France- La Montagne donne ici son analyse.

Lire la suite

Les journalistes face à la mort

Envoyé le 18 décembre 2017

La mort et sa représentation est omniprésente dans les médias. Comment la dire ? comment la montrer ? comment travailler auprès de personnes endeuillées ? et comment les journalistes s’accommodent-ils de vivre à son contact en zone de guerre ou dans les reportages en « locale » ? une table ronde organisée à Bordeaux le 15 décembre a évoqué ces questions.

Lire la suite

Décodeurs de l’info : quelles limites ? Un point de vue non technique mais éthique

Envoyé le 3 décembre 2017

Le « décodage » des fausses infos et des rumeurs est devenu une nécessité pour les médias qui veulent diffuser une information sérieuse et vérifiée et lutter contre la « post vérité ». Mais cette pratique ne peut se faire sans cadre éthique solide. Loïc Hervouet, professeur de déontologie à l’ESJ de Lille et ancien médiateur de Radio France International en dresse ici les grandes lignes.

Lire la suite

Cross Check : succès et défis de la lutte contre les fausses nouvelles

Envoyé le 16 novembre 2017

Au printemps 2017, une trentaine de rédactions ont mis en commun des moyens pour vérifier des rumeurs concernant la campagne présidentielle. Cette opération Cross Check, initiée par l’ONG américaine First Draft a fait l’objet d’une étude indépendante rendue publique le 16 novembre, qui conclut que regrouper les moyens des médias accroit l’efficacité et la crédibilité du travail de vérification.

Lire la suite