États-Unis : un séminaire sur « le drone journalisme » à l’Université de Géorgie.

Envoyé le 24 octobre 2017

Une centaine de journalistes se sont formés au pilotage des drones et à la réglementation aérienne des Etats-Unis au cours de 4 stages organisés en liaison avec des écoles de journalisme, rapporte le site de l’AOPA , l’Aircraft Owners and Pilots Association, un organisme sans but lucratif voué à l’aviation générale né en 1939.

Il y a eu bien sûr la découverte des dernières technologies, de la lecture des cartes aériennes et des séances de vol. Mais aussi une réflexion collective sur l’utilisation de ces engins : quand peut-on légalement les utiliser ?  jusqu’où respectent ils la vie privée ? Qu’on pense par exemple à la possibilité de survoler une propriété pour prendre des photos sans risquer l’accusation d’intrusion . Certes il faut une autorisation de vol pour utiliser un drone à des fins qui ne sont pas le loisir :  est-elle toujours demandée ? les photos et vidéos prises sans autorisation de vol sont-elles toujours publiables  ? y a t il des cas où il faut passer outre le refus de cette autorisation ?

La chaine CNN a obtenu en 2015 de l’agence fédérale de l’aviation l’autorisation d’utiliser des drones porteurs de caméras en milieu urbain. Le « directeur des drones de CNN Air » a expliqué à l’AOPA que chaque utilisation éventuelle est évaluée en termes d’apport rédactionnel avant de décider d’avoir ou non recours aux drones : si son usage ne permet pas aux téléspectateurs de mieux comprendre une situation, on y renonce.

En France, le Master Journalisme et Médias numériques de l’université de Lorraine initie  ses étudiants à l’utilisation du drone pour prendre des images.