Franck Riester : aux professionnels de se saisir de la création d’un conseil de presse

Envoyé le 15 mars 2019

Le rapport d’Emmanuel Hoog sur la création d’un conseil de déontologie journalistique sera remis à Franck Riester dans une dizaine de jours. Présents l’un et l’autre aux Assises Internationales du Journalisme de Tours, le rapporteur comme le ministre de la culture ont été interrogés sur l’orientation que pourrait prendre ce texte. Ils ont été discrets , mais des indications filtrent cependant de leur propos.
Emmanuel Hoog, qui a auditionné 200 professionnels, a rappelé les prémisses de son travail. Elles indiquent l’esprit de son futur rapport : d’une part « la création [d’une telle] instance n’a de sens que si elle est strictement professionnelle, fondée sur un principe d’autorégulation» ; d’autre part « la présence des pouvoirs publics [au sein de cette instance] n’a pas lieu d’être» .
Ce souci de ne pas mêler le politique à la création et au fonctionnement d’un conseil de presse a été également évoqué ce vendredi par le ministre Franck Riester , qui a invité «la profession elle-même à s’en saisir». Le ministre a cependant concédé que le gouvernement « regarder[ait] de quelle manière accompagner ». Emmanuel Hoog anticipe en effet que la création d’un conseil de presse aura des « effets de bord », par exemple ses relations avec le CSA ou la lutte contre les infox sur les réseaux sociaux, qu’ils faudra identifier et cadrer.
On notera à ce propos que Michèle Leridon , ancienne directrice de l’information de l’AFP nommée récemment au CSA, s’est dite , à titre personnel, favorable à ce que les questions de déontologie de l’information audiovisuelle soient de la compétence d’un conseil de presse.
Les adversaires les plus virulents de la création d’un conseil de presse n’étaient pas présent à Tours. Mais Franck Riester pensait sans doute à eux quand, citant des pays où existent des conseils de presse, il a affirmé « ne pas croire que l’Allemagne, la Suède ou la Grande-Bretagne étaient des démocraties au rabais où la liberté de la presse soit menacée ». PG.