Harcèlement sexuel et déontologie : une décision du conseil de déontologie journalistique belge

Envoyé le 8 novembre 2017

Les informations sur les harcèlements, agressions sexuelles et viols se multiplient avec les nombreux témoignages qui accompagnent les débats ouverts après les révélations sur le comportement du producteur américain Harvey Weinstein.

Comme ailleurs la rigueur déontologique s’impose. Une récente décision du Conseil de Déontologie journalistique belge l’illustre. Il ne s’agit pas ici de se prononcer sur les faits évoqués dans l’article mis en cause, ni , comme écrit le CDJ, de « refaire l’enquête ».

Mais cet avis rappelle quelques règles qui doivent être respectées, notamment la rencontre des témoins en vis-à-vis et la recherche d’une réplique des personnes mises en cause. Le manque de prudence risque de nuire à l’information publiée et au-delà à la défense des victimes, d’autant plus que sur ces sujets une partie de l’opinion est hélas prompte à les dénigrer et à nier la réalité.

Ce cas est aussi un rappel pour les institutions : le refus de parler à la presse n’est pas la meilleure façon de faire surgir une vérité contradictoire.

 

l’avis du CDJ est ici CDJ-17-02-CHBA-c-A-dAngelo-SoirMag-avis-25octobre2017

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *