La pédagogie au cœur de l’action du Conseil de déontologie belge

Envoyé le 21 avril 2016

Le Conseil de déontologie journalistique de Belgique francophone a publié le 20 avril son rapport 2015. Il y récapitule les 51 dossiers de plaintes effectivement traités, dont la moitié étaient fondées : absence de vérification et « oubli » de droit de réplique avant publication d’accusations sont les fautes les plus nombreuses. La plupart des éditeurs belges jouent désormais le jeu, publient les avis négatifs les concernant et, pour certains, demandent au CDJ d’intervenir dans les rédactions. Le CDJ mène aussi des médiations entre particuliers et médias, intervient des établissements scolaires, des universités, des séminaires et des colloques et répond à des demandes d’information émanant de journalistes ou de rédacteurs en chef confrontés à des choix, d’étudiants, d’institutions, de particuliers.

André Linard, qui quitte prochainement les fonctions de secrétaire général du CDJ, rappelle dans l’introduction, à ceux qui dénigrent l’instance et la notion même de déontologie : « l’autorégulation permet au monde journalistique lui-même d’établir et de faire respecter des règles qui ne peuvent lui être imposées de l’extérieur sous peine d’atteinte à la liberté de la presse ».

Est également publié le rapport conjoint Conseil de déontologie journalistique / Conseil supérieur de l’audiviosuel. Celui ci a transmis 14 plaintes portant sur des questions de déontologie journalistique à celui-là. La loi belge fait obligation aux médias audiovisuels d’adhérer à l’instance de régulation déontologique et le CSA est chargé de faire respecter cette disposition.

lire ici le communiqué du CDJ et ces deux rapports

et ici les dernières décisions du CDJ

 

voir aussi : http://apcp.unblog.fr/2015/09/15/le-conseil-de-presse-belge-publie-un-guide-sur-linformation-en-siutation-durgence/